Organismes à but non lucratif

Le secteur à but non lucratif comprend des organisations qui opèrent dans divers secteurs de l'économie.

Ces organisations se caractérisent par quelques objectifs communs : offrir des programmes et des services - des soins de santé aux activités sportives parascolaires - qui améliorent la vie quotidienne des gens; favoriser la cohésion, l'intégration et l'innovation; dynamiser les communautés. Le secteur se divise en cinq sous-secteurs : les organisations religieuses, les organismes d'aide sociale, les arts, les spectacles et les loisirs, les autres organismes à but non lucratif et les services d'enseignement.

Au cours de la dernière décennie, la main-d'œuvre du secteur à but non lucratif de la RMR de Toronto a affiché une croissance de 17,1 %, dépassant la croissance de la main-d'œuvre totale de près de 50 %. Aujourd'hui, environ 3 % des résidents employés de la ville de Toronto travaillent dans le secteur à but non lucratif. Les Torontois constituent une part disproportionnée de la main-d'œuvre provinciale dans les sous-secteurs des fondations et des œuvres de charité, et des organismes de défense d'intérêts sociaux. Les résidents de la RMR de Toronto sont sous-représentés dans les centres de soins externes. Plus de la moitié des organismes à but non lucratif existent depuis 28 ans ou plus, alors que pour les organisations religieuses, la moyenne est de 70 ans; la médiane de leurs employés est de cinq. Ces organisations emploient à la fois des personnes à plein temps et à temps partiel. Près de 10 % d'entre elles n'ont pas d'employés à plein temps. Trois quarts des organisations ont seulement du personnel à plein temps.

En moyenne, les employés à plein temps travaillent 37,9 heures par semaine, et les employés à temps partiel, 15,6 heures par semaine. La moitié des grands employeurs du secteur sont syndiqués. Les travailleurs du secteur à but non lucratif sont un peu moins bien rémunérés que les employés de toutes les industries, en moyenne. Les immigrants sont légèrement sous-représentés dans le secteur à but non lucratif. La majorité des employés sont des citoyens canadiens nés au Canada; 8,6 % sont nés dans un autre pays et détiennent maintenant la citoyenneté canadienne.

Dans le secteur à but non lucratif, les travailleurs appartenant à des minorités visibles dans la RMR de Toronto représentent la même proportion que dans l'ensemble de la main-d'œuvre. Selon des études récentes, les compétences suivantes seront importantes pour les organisations à but non lucratif au cours des deux prochaines années : communications, connaissances en informatique, collecte de fonds, développement des ressources et marketing, service à la clientèle assorti de la capacité de travailler avec une population diversifiée.

La demande de formation est forte et en hausse dans les domaines de la gestion des conseils d'administration, des demandes de subvention, de la rédaction de propositions, de même que de la formation sur le leadership et des compétences de base en gestion, notamment en participation et en gestion des bénévoles. Parmi les domaines émergents potentiellement recherchés, mentionnons la planification de la relève et l'utilisation des médias sociaux.

Main-d'œuvre
Données démographiques 

L'aspect le plus caractéristique du secteur à but non lucratif est la proportion très élevée de femmes qui y exercent des professions : elles représentent 84,4 % de la main-d'œuvre du secteur. Les femmes travaillent le même nombre d'heures que dans les autres secteurs. Les hommes employés dans le secteur à but non lucratif tendent à travailler le même nombre d'heures que les femmes, par opposition aux hommes dans tous les secteurs. Dans la RMR de Toronto, la proportion de femmes travaillant à temps partiel dans le secteur est similaire à celle de l'ensemble de la main-d'œuvre (22 %), mais la proportion de leurs homologues masculins est quasiment le double de celles des hommes dans tous les secteurs (19 %). Plus de la moitié de tous les employés (53,5 %) travaillent pour leur employeur actuel depuis plus de cinq ans et près d'un tiers (29,6 %), depuis dix ans ou plus.

Profil axé sur l'âge 

La différence entre le profil de la main-d'œuvre du secteur à but non lucratif et celui de l'ensemble de la main-d'œuvre est minime. L'âge des employés varie entre 19 et 76 ans, l'âge moyen étant de 43,4 ans. En moyenne, les hommes sont plus âgés que les femmes - 46,9 ans contre 42,3 ans.

Niveau de scolarité 

Les professions dans le secteur à but non lucratif exigent plus souvent une formation universitaire ou collégiale que dans d'autres secteurs. Les résidents de la RMR de Toronto qui composent la main-d'œuvre du secteur à but non lucratif ont des niveaux de scolarité plus élevés que tous les travailleurs de la région. Dans la RMR de Toronto, plus de la moitié (51,9 %) de la main-d'œuvre du secteur possède un diplôme ou un grade dans l'un des trois domaines suivants : psychosociologie et droit (21,9 %); affaires, gestion et administrations publiques (17,8 %); et santé, parcs, loisirs et forme physique (12,2 %). Dans quatre segments, environ la moitié des travailleurs sont titulaires d'un grade universitaire : centres de soins externes (52,4 %), services de réadaptation professionnelle (49,4 %), fondations et œuvres de charité (52 %) et organismes de défense des intérêts sociaux (48,6 %). La part des femmes qui occupent des postes de cadre supérieur et de cadre est disproportionnellement basse étant donné les nombreux postes de ce type dans le secteur.  Chez les travailleurs sociaux, profession d'échelon intermédiaire, on se rapproche de la parité hommes-femmes. À Toronto, le revenu d'emploi des travailleurs sociaux a légèrement augmenté entre 1996 et 2005. Chez les conseillers familiaux, conjugaux et autres, ainsi que chez les travailleurs communautaires et les techniciens en assistance sociale, le revenu d'emploi est resté essentiellement le même au cours de cette période de dix ans.

Faits saillants 
  • Le revenu d'emploi des travailleurs sociaux et des travailleuses sociales a légèrement augmenté au cours des 10 dernières années.
  • Le revenu d'emploi des conseillers familiaux, conjugaux et autres, ainsi que des travailleurs communautaires et des techniciens en assistance sociale, est resté essentiellement le même au cours de cette période de 10 ans.
  • 80,8 % des employés occupent des postes à plein temps et 19,2 %, des postes à temps partiel.
  • 20,9 % des employés sont syndiqués ou sont couverts par une convention collective.
  • Les résidents de la RMR de Toronto sont mieux rémunérés que ceux du reste de l'Ontario si on compare les mêmes secteurs.  
  • À Toronto, les hommes occupant des postes de cadre supérieur dans le secteur à but non lucratif sont mieux rémunérés et reçoivent des augmentations de salaire plus importantes que leurs homologues féminins.
  • On trouve plus d'un tiers de la main-d'œuvre du secteur à but non lucratif de la RMR de Toronto dans le secteur des services de garderie. 
  • Le revenu d'emploi des éducateurs de la petite enfance a diminué de façon substantielle.